Contribuer à la connaissance

Pour une meilleure prise en compte de la biodiversité

Pour évaluer l'état de population, combler un manque de données ou tout simplement enrichir la connaissance, nous avons besoin de votre sens de l'observation. Plusieurs programmes menés par le Conservatoire d'espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d'Azur vous permettent de partager et de valoriser vos observations. Ou comment mieux connaître pour mieux protéger !

Transmettre des données naturalistes

Naturalistes amateurs ou avertis, vous pouvez saisir vos données faune et flore via l’outil HELIX-Mobile.

Si vous faites partie des services de l’État, d’une collectivité, d’une association, d’un bureau d’études ou si vous êtes un naturaliste averti, vous pouvez également contribuer au portail de la donnée naturaliste en Région, SILENE.

 

 

Participer aux inventaires

Toute l’année, le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur publie des appels à contribution pour réaliser, en autonomie et tout au long de l’année, des inventaires d’espèces en déclin ou menacées.

Les enquêtes « papillons » en cours :

Pour connaître les inventaires ponctuels, consultez nos actualités et notre agenda.

 

 

Contribuer à un atlas herpétologique

© Florian Plault

Le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur (CEN PACA) et la Ligue de Protection des oiseaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur (LPO PACA) lancent un appel aux naturalistes pour enrichir la connaissance herpétologique en Provence-Alpes-Côte d’Azur. En effet, les données manquent dans cette Région qui abrite 63 % des espèces françaises. Les données collectées serviront à la réalisation du tout premier atlas des amphibiens et reptiles de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

 

Observer les oiseaux communs

© Philippe Poiré

Ornithologues amateurs, passionnés de nature, rejoignez les observateurs du programme STOC-EPS, coordonné par le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis plus de 20 ans ! L’occasion de contribuer activement à la connaissance des oiseaux communs, en déclin pour la grande majorité d’entre eux.