Réserve naturelle nationale des coussouls de Crau

Steppe unique en France et en Europe

Découvrir
On traverse en voiture ce site à l’aspect aride et désolé sans s’y arrêter. Pourtant, à deux pas de la Camargue, la steppe de Crau, également appelée « coussoul de Crau », abrite une vie foisonnante et insolite dont la richesse et la composition n'ont pas d'équivalent en Europe. De nombreux oiseaux de Crau sont originaires des steppes d’Afrique du nord ou de la Péninsule ibérique. Terroir de l’élevage ovin transhumant de Basse Provence, la Réserve naturelle nationale des coussouls de Crau, qui recouvre 7 500 ha de la plaine de la Crau, bénéficie d’une gestion partagée entre le Conservatoire d'espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d'Azur et la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône.

Connaître

Carte d'identité

Localisation Saint-Martin-de-Crau (13)
Surface 7 411 ha
Type(s) de milieu(x) pelouses steppiques
Statut(s) réglementaire(s) Réserve naturelle nationale
Statut(s) foncier(s) propriétés du Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d'Azur, du Conservatoire du littoral, du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, de CDC-Biodiversité, de privés
Partenaire(s) Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Provence-Alpes-Côte d'Azur, Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Conservatoire du littoral, Office national de la chasse et de la faune sauvage, Fondation National Geographic
Invervention CEN PACA depuis 2004

Conditions d’accès

Ouvert au public. Pour pénétrer dans la Réserve naturelle des Coussouls de Crau, il faut se munir d’une autorisation (3€) et d’un plan à retirer à l’Écomusée de la Crau. Le sentier de Peau de Meau, d’une longueur de 4,7 km est équipé de panneaux d’interprétation et permet de s’immerger au cœur de la Crau. Le sentier est interdit aux véhicules motorisés

Accès : depuis Saint-Martin-de-Crau, prendre la D24 direction Fos-sur-Mer, puis à gauche direction « Etang des Aulnes » ; après la Manade Lescot, suivre le chemin à gauche, passer le Canal de Vergières, le parking est sur votre droite

Départ : parking du sentier d’interprétation (43.571694, 4.831917)

Règlementation. Il est impératif de rester sur les sentiers balisés afin de préserver la fragilité des milieux et du site. Les chiens, s’ils ne sont pas interdits, doivent être tenus en laisse. Tout déchet, tout prélèvement (faune, flore, minéraux) et toute atteinte au milieu (feux, bivouac, camping et activité bruyante, motorisée, pouvant déranger la faune et endommager le site) sont interdits.

 

Façonnée par les moutons depuis des millénaires

© Fanny Sauguet – CA13

La Crau est une plaine alluviale de 60 000 ha située aux portes d’Arles, entre Alpilles et Méditerranée. C’est le delta fossile de la Durance, qui y a charrié pendant cinq millions d’années des galets arrachés aux massifs des Alpes. Il y a 18 000 ans, le lit de la Durance a été dévié par des mouvements tectoniques. Son delta s’est asséché pour laisser place à une steppe semi-aride : le coussoul.

Le coussoul est un milieu très contraignant. Entre la dent des troupeaux, la sécheresse estivale et le mistral, la vie des plantes y est une lutte perpétuelle. Paradoxalement, ce milieu forgé par des conditions extrêmes est d’une grande fragilité : une fois altéré, le coussoul ne se régénère pas naturellement et il est impossible de le restaurer.

Le coussoul est parcouru par les moutons depuis l’Antiquité (et même le Néolithique), comme en témoignent les nombreux vestiges de bergeries romaines. Le 19e siècle voit la création de la race Mérinos d’Arles, réputée pour la finesse de sa laine, aujourd’hui élevée pour la viande suite à l’effondrement des cours de la laine.

La Crau reste aujourd’hui le principal terroir de l’élevage ovin transhumant de Basse Provence : 160 éleveurs y font paître 100 000 brebis. Le coussoul est pâturé essentiellement en hiver et au printemps avant le départ en transhumance vers le massif alpin. Au cours des siècles, le pastoralisme extensif a façonné la végétation du coussoul. Il est donc aujourd’hui indispensable pour conserver la flore et la faune de cette steppe.

 

Un écosystème sans équivalent en France

De nombreux oiseaux de Crau sont originaires des steppes d’Afrique du Nord ou de la péninsule ibérique. En France, seul le coussoul présente les mêmes conditions de vie. La Crau abrite par conséquent une grande part de l’effectif national de ces espèces tels que le faucon crécerellette et l’alouette calandre et l’outarde canepetière, et parfois la totalité de la population comme pour le ganga cata. Sur les 479 espèces d’oiseaux connues en France, près de 300 sont observables en Crau et 150 dans la Réserve.

Du côté des insectes, la communauté d’arthropodes (araignées, insectes, mille-pattes…) du coussoul, dominée par des espèces méditerranéennes, est tout à fait originale en raison de son adaptation aux conditions locales. Les coléoptères et lépidoptères sont très largement dominants en nombre d’espèces. On compte également 14 espèces de fourmis. Les criquets enfin constituent un groupe particulièrement abondant, avec des effectifs atteignant 60 000 individus par hectare en août. Parmi eux figure le Criquet de Crau, en voie d’extinction.

Le coussoul abrite peu de plantes rares ou menacées. Par contre, l’association des plantes comme l’asphodèle fileux, le thym ou la stipe chevelu, qui le constituent en fait une communauté végétale unique au monde. Comme toutes les pelouses sèches méditerranéennes, elle est protégée au titre de la Directive Européenne sur les Habitats (Natura 2000). Une plante plus commune, le brachypode rameux constitue le menu de base des moutons : peu appétant, il a néanmoins l’avantage d’être une espèce pérenne et donc d’être disponible à tout moment.

 

Espèces emblématiques

Flore : brachypode rameux
Faune : Criquet de Crau, Lézard ocellé, Ganga cata, Outarde canepetière

 

 

Agir

Les actions pour préserver le site

Au 20e siècle, l’industrialisation, l’urbanisation, le développement d’une agriculture intensive au détriment des espaces pastoraux, accentuent la réduction de la steppe de Crau. Face à ce constat alarmant, les acteurs du monde agricole et de l’environnement décident d’agir ensemble pour sa protection.

La Réserve naturelle nationale des Coussouls de Crau est créée le 8 octobre 2001, par décret ministériel (décret 2001-943). En septembre 2004, le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône sont nommés co-gestionnaires de la Réserve naturelle nationale des coussouls de Crau, par voie de convention avec le préfet des Bouches-du-Rhône. Grâce au statut de Réserve naturelle, 7 500 ha de coussouls (sur un total de 10 000 ha) sont aujourd’hui durablement protégés.

Les principaux objectifs de gestion :

  • Protection des espèces et des habitats
  • Optimisation de la gestion écologique et pastorale des milieux
  • Amélioration des conditions de vie et de travail des bergers
  • Valorisation patrimoniale et économique de l’élevage transhumant de Basse Provence et de ses produits

 

Vous souhaitez agir avec nous ?

Faites-un don pour les oiseaux de la steppe de Crau.